Outils numériques pour les réfugiés en contexte d’urgence sanitaire

Dans le contexte actuel lié au CoVID-19, les enseignants et centres de langues se sont mobilisés pour la continuité pédagogique des cours. On a vu émerger des solutions en ligne sur les réseaux sociaux avec le #CoronaFLE et des rendez-vous avec les webinaires de l’Institut français et du Français des affaires où plusieurs acteurs ont proposé des solutions pour aider les enseignants. La question de l’utilisation du numérique et de son accessibilité est abordée par Pauline Durand et Soufiane Bensaid dans le séminaire « quels outils, quelles actions dans un environnement low-tech ? ». Les intervenants montrent comment il est possible d’utiliser Whatsapp ou une application lorsque les apprenants n’ont pas forcément accès à un ordinateur ou avec une connexion peu stable. Dans ce cas précis, l’apprentissage est facilité par le biais d’un enseignant qui a contact avec les apprenants et peu faire le suivi individuel, ce qui n’est pas le cas de la démarche en autoformation dont nous parlons par la suite puisque les applications ont pour visée d’être utilisées en autonomie. La question se pose évidemment pour les apprenants réfugiés car les associations ont également dû se restructurer pour maintenir leurs cours ou bien les annuler jusqu’à septembre.

En France, en ce qui concerne les formations pour les réfugiés, si certains cours de français ont toujours lieu à distance lorsqu’il s’agit de formations agrées par l’OFII, ce n’est pas toujours le cas des associations dont certaines ont fermé leurs locaux jusque septembre. Par conséquent elles ne peuvent pas accueillir d’apprenants pour leur donner des cours de français et se concentrent leurs activités sur les démarches administratives de survie et la protection juridique, ce qui est par exemple le cas de La Cimade.  En ce qui concerne l’apprentissage du français, elles les redirigent vers des applications en ligne, à défaut de pouvoir accéder à des ordinateurs. Certains ouvrages comme l’Odyssée d’Hakim de Fabien Toulmé ou le jeu d’Arte sur smartphone « Enterre-moi mon amour » ont contribué à changer la représentation que l’on a du réfugié et son usage du numérique dans le parcours d’apprentissage du français. Les smartphones peuvent aussi préparer l’apprentissage du français avant d’accéder à des cours en présentiel. Avant la période de crise du Coronavirus, des ressources de première survie avaient été mises en place pour permettre aux réfugiés d’apprendre le français avant d’arriver en France ou bien à leur arrivée, en voici quelques unes gratuites disponibles sur téléphone si les apprenants ont un accès.

Les ressources en auto-apprentissage

Conditions de la démarche

Afin qu’il puisse être efficace, un dispositif d’autoformation nécessite un contrat pédagogique explicité avec les apprenants afin qu’ils puissent comprendre le fonctionnement de la formation et s’habituer aux dispositifs (Carré, 1999). A proprement parler, nous ne sommes pas dans le même type d’une démarche avec ces applications car elles n’ont pas vocation à remplacer un cours de français avec un enseignant mais à donner quelques clés de communication aux apprenants avant leur l’arrivée. Cependant, on trouve pour chacune, un contrat d’explication qui a le mérite d’être clair au regard de la difficulté d’accueillir des apprenants primo-arrivants quelques fois dans des situations d’illettrisme.

Vivre en France / Travailler en France

Une application a été créée par l’Alliance Française de Paris île de France pour permettre de faire les premiers pas en langue française. Elle propose d’aider les apprenants à réaliser leurs démarches administratives grâce à des d’activités et un dictionnaire.

Cette application est une étape avant de suivre le MOOC « Travailler en France » mis en place par le même organisme, avec le soutien de la DGEF ( direction générale des étrangers en France), de la DAAEN et du Ministère de l’Intérieur. Le MOOC explique les démarches administratives pour travailler en France et permet aux apprenants de comprendre quelques clés pour trouver du travail.

Français premiers pas – une application pour les débutants complets

Développée par le CAVILAM – Alliance Française et soutenue par le Ministère français de la Culture (DGLFLF) et la Fondation Alliance Française, cette application met en contexte les apprenants aux premiers pas du français. Elle vise en premier lieu les débutants complets, en particulier les personnes en situation d’illettrisme. Elle se base sur une pédagogie par l’image. Les icônes permettent à  l’apprenant de naviguer dans le menu et de se repérer. La démarche pédagogique est basée sur l’écoute d’audio et de le choix à réponses multiples. Les séquences sont basées sur le principe de répétition. Huit situations de la vie quotidienne sont proposées.

J’apprends

J’apprends créée par l’association Langues plurielles est dédiée aux apprenants adultes qui ne savent ni lire ni écrire. Si l’application n’offre que trois heures de parcours, elle a pour visée de s’étendre et d’aller vers d’autres situations de la vie professionnelle. Elle est destinée principalement aux apprenants en situation d’illettrisme et en raison des situations proposées (dialogue avec une colocataire…), on la recommanderait davantage pour des jeunes adultes. Pour l’utiliser, il est nécessaire d’avoir un téléphone de bonne qualité, ce qui n’est pas forcément destiné à tous les apprenants. L’application proposes des réponses aux images par des signes qui facilitent aisément la lecture mais n’expliquent pas si les gestes sont transposables dans une situation de communication authentique.

Happy FLE

Happy FLE

Happy FLE a été créée par et pour les réfugiés. Elle vise les apprenants à partir du niveau A2 qui ont déjà des bases en français. Elles ne conviennent donc pas à des débutants complets.

La démarche est basée sur la récurrence d’activités à faire avec des défis quotidiens. L’application est assez simple d’utilisation et envoie des rappels à l’apprenant pour l’encourager à se connecter. On peut consulter sa progression régulièrement et débloquer différents niveaux.

Quelles ressources utiliser en tant qu’enseignant lorsque la visio est possible ?

Si vous avez toujours la possibilité de donner des cours en visio ou avec une plateforme LMS comme Moodle ou Edmodo (ce qui s’avère rare si la formation n’est pas suivie avec un soutien numérique), voici une liste de ressources en ligne, n’hésitez pas à mettre vos propositions en commentaire afin que je puisse les ajouter à la liste.

Sabrina Royer

Docteur en sciences du langage de l'Université d'Artois

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.