Archives mensuelles : décembre 2020

Propos contextuels : Notions de littératie numérique pour les publics migrants

Le rapport au numérique change le regard des apprenants sur la formation, notamment lorsqu’il s’agit de publics éloignés du numérique. Malgré leur usage du smartphone et la familiarité avec certaines interfaces, les apprenants en exil connaissent différentes difficultés dans leur réussite académique et professionnelle qui ne sont pas seulement liées à l’idée d’une fracture.

1.1. Rappel de notions : alphabétisation et illettrisme

Bien souvent suite à des contraintes institutionnelles, les cours de français à destination du public migrant dans les dispositifs FLI des formations OFII et celles des associations comprennent des apprenants qui savent lire et écrire dans leur pays d’origine, mais aussi des apprenants qui n’ont aucun de ces savoirs. On note une certaine confusion entre le public d’apprenants allophones et le public français, francophones natifs en situation d’illettrisme à qui on fera passer les mêmes certifications que le public allophone, notamment dans certaines certifications en français langue professionnelle. Cette hétérogénéité peut perturber l’enseignant de langue dans sa démarche pédagogique comme les apprenants qui comprennent que leurs besoins diffèrent.

Cuq (2003), définit l’alphabétisation comme « le processus pédagogique ou historique par lequel un individu ou un ensemble d’individus qui ne savent ni lire ni écrire aucune langue que ce soit accèdent à la maîtrise linguistique, culturelle et pratique de la lecture et de l’écriture, en langue première ou en langue étrangère » (p. 17), et le distingue de l’illettrisme :

L’illettrisme concerne les adultes ou jeunes adultes alphabétisés dans le cadre de l’école, qui sont sortis du système scolaire sans avoir atteint, en langue première, un niveau minimum de compétences en lecture et en écriture, mais ayant acquis des aptitudes élémentaires (p.124)

Il le distingue également de l’analphabétisme en élaborant plusieurs critères. Le premier concernant le fait que l’analphabétisme est plutôt un problème de pays moins développés et considéré comme une anomalie sociale en France, bien que ce profil dominant du « migrant analphabète » soit dans une optique de disparition (Wenden, 2010, p. 194), le deuxième concerne le seuil de l’illettrisme. Au niveau de la lecture, cela apparaît lorsque « la personne est en mesure de comprendre le sens d’un document courant, à caractère professionnel, administratif ou d’information générale », sur le plan de l’expression écrite « lorsqu’une personne est en mesure de rédiger un texte simple, en rapport avec sa vie professionnelle ou quotidienne, qui soit intelligible, adapté au lecteur et à la situation ». C’est pour cette même raison que Cuq qualifie l’illettrisme de réducteur et lui préfère le terme d’« insécurité scripturale » (2003, p. 125). Il souligne que « cette insécurité va au-delà de l’écrit : elle est, plus largement, linguistique et culturelle », ce qui ouvre vers la nécessité de se concentrer sur les dimensions sociolinguistiques.

1.2. La littératie numérique / Les translittératies

Le concept de littératie[1], utilisé par le monde anglo-saxon depuis les années 90, aborde de manière plus positive les phénomènes de difficultés du rapport à l’écrit. Grossmann (1999) expose que « la littératie permet d’articuler pratiques sociales, système de l’écrit et apprentissage » (p.139). De la même manière, il semble difficile de considérer l’alphabétisation comme « une donnée stable ». Il est possible d’être plus alphabétisé dans un contexte que dans un autre, on parle de différents types de littératies : « littératie financière », « littératie digitale » et « littératie scientifique ». Ainsi, un apprenant (et dans le cas de ce cours un réfugié) peut avoir des difficultés dans les pratiques numériques alors qu’il maîtrise la lecture-écriture de son domaine professionnel et inversement.

Cette notion de littératie ne peut être « mieux comprise si elle est envisagée comme un ensemble de pratiques » comme le suggèrent Barton & Hamilton (2010), qui considèrent que « les literacy studies apportent à l’étude des textes une perspective prenant en compte les pratiques, ce que les individus font des textes et ce que ces activités signifient pour eux ».  Les méthodologies s’appuient sur l’étude du contexte de ces productions afin de mieux comprendre les pratiques sociales. Il faut bien sûr prendre en compte l’aptitude à savoir agir en situation non familière, car « les séquences routinières peuvent être insérées dans des procédures formelles et correspondent à des modes de fonctionnement attendus au sein d’institutions sociales comme le lieu de travail, l’école ou les centres d’assistance sociale » (p.47). Il est effectivement possible de mémoriser des manières de faire en les reproduisant sans pour autant en avoir saisi tous les enjeux et l’adapter à une situation de communication imprévue. Ainsi, la littératie met l’accent sur le transfert de compétences de la langue de référence vers la langue cible avec une approche qui considère les compétences métalangagières, la lecture et l’écriture comme un ensemble.

Dans le cas de la littératie numérique, on parle de digital litteracy et on y trouve plusieurs définitions qui ne font pas toujours consensus, mais qui rejoignent l’idée de la considérer comme « l’usage sûr et critique des technologies de la société de l’information (TSI) » (2006, p.7). Progressivement on a parlé de translittéracies comme point de convergence comme le propose notamment Le Deuff (2012) pour mettre en avant la transversalité des compétences pour l’appropriation de l’information chez l’apprenant dont celle du numérique. Thomas (2007) la définit comme « une capacité à exploiter à des fins de lecture, d’écriture et de communication, une variété d’outils et de supports ». La maîtrise de navigation du numérique dans le web 2.0 s’inclut donc dans cette perspective car il devient désormais indispensable de s’intéresser aux transferts entre domaines d’apprentissages académiques et informels. Si la littératie est envisagée comme une « culture », le numérique fait donc partie de celle-ci.

1.3. La littératie numérique, une priorité européenne pour l’accès à l’emploi

Si L’UNESCO travaille à des indicateurs pour mesurer la MIL (Media and information literacy), le numérique est également une priorité mise en avant par l’Union européenne qui l’associe à un droit à la formation. On considère que 44 % des Européens ont des difficultés dans les compétences numériques et que cela pèse dans les chiffres des personnes qui sont sans emploi.  Il existe un référentiel de littératies numériques (digital skills en anglais) qui ont été mises en place par DigComp (EU Science Hub) intitulé Le référentiel européen des compétences numériques pour les citoyens. Disponible en anglais pour l’instant, il met en avant 8 degrés précis de littératies numériques réparties en 21 compétences. Le référentiel décrit en détail ces compétences au sein de 150 descripteurs. Chacun de ces descripteurs est accompagné d’applications pour l’emploi et l’éducation.  Il est possible de consulter ce référentiel en ligne afin de les visualiser en détail.

Voici deux exemples traduits en français sur la compétence de recherche d’emploi  (cet exemple sera commenté avec les étudiants).

Niveau de compétence Basique Avancé
  Au niveau de base et avec des conseils, je peux: • identifier mes besoins en informations, • trouver des données, des informations et du contenu grâce à une simple recherche dans des environnements numériques, • trouver comment accéder à ces données, informations et contenus et naviguer entre eux. stratégies de recherche. » À un niveau avancé, en fonction de mes propres besoins et de ceux des autres, et dans des contextes complexes, je peux: • évaluer les besoins en information, • adapter ma stratégie de recherche pour trouver les données, informations et contenus les plus appropriés dans les environnements numériques, • expliquer comment accéder à ces données, informations et contenus les plus appropriés et naviguer parmi eux. • varier les stratégies de recherche personnelles.
Transposition scénario professionnel  Avec l’aide d’un conseiller en emploi: je peux identifier, à partir d’une liste, les portails d’emploi qui peuvent m’aider à chercher un emploi. Je peux également trouver ces portails d’emploi dans la recherche d’applications de mon smartphone, et y accéder et naviguer entre eux. une liste de mots clés génériques pour la recherche d’emploi disponible dans un blog sur la recherche d’emploi, je peux également identifier les mots clés qui me sont utiles.» Je peux partager mes conseils sur la recherche d’emploi contenant les mots clés, les offres d’emploi, les blogs, les wikis, les applications et les portails les plus appropriés adaptés aux différents profils d’emploi, et donner des exemples sur la façon de surmonter des situations complexes lors de la recherche d’emploi (par exemple, tomber sur des offres d’emploi qui ne sont pas appropriées, anciennes offres d’emploi)  

On comprend donc qu’obtenir une information ne relève pas simplement d’un simple clic mais de savoir naviguer sur des plateformes qui peuvent différer en fonction des appareils. Le niveau avancé nécessite de ne pas simplement comprendre les enjeux les informations pour soi mais également pour les autres.


[1] Dans la littérature scientifique on trouve aussi « littéracie ».

Sabrina Royer

Docteur en sciences du langage de l'Université d'Artois

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter